La Chine et l'absinthe

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Depuis l'an dernier, les chinois sont de plus en plus nombreux à venir visiter Auvers-sur-Oise. Alors que les japonais viennent essentiellement pour se recueillir sur les pas de Vincent van Gogh et ne sont pas vraiment intéressés à approfondir des pans de culture française qu'ils ignorent, les chinois et les coréens sont au contraire très curieux de toute nouveauté. Ils regardent attentivement ce qui les entoure et posent beaucoup de questions pour essayer de comprendre cette culture si éloignée de la leur. Devant un tel intérêt, c'est un plaisir de leur faire découvrir par de multiples explications l'atmosphère de la Belle Époque.

Ce dimanche, Jixuan Liu et sa mère ont fait une visite très approfondie qui s'est terminée par une dégustation. Au terme de la visite, Jixuan a dit : "C'est un plaisir pour ma mère et moi de découvrir une culture si riche, et qui a été oubliée pendant près d'un siècle. J'espère que cette fée magique, ce libéralisme, ce romantisme bohémien revivra à notre époque, peut-être un jour même influencera profondément la Chine".   

 

 

LIU Jixuan et sa maman LIU Cuixiao de Pékin découvrent et apprécient l'absinthe.
LIU Jixuan et sa maman LIU Cuixiao de Pékin découvrent et apprécient l'absinthe.

LIU Jixuan et sa maman LIU Cuixiao de Pékin découvrent et apprécient l'absinthe.

Ces étudiants chinois ont acheté une petite fiole d'absinthe qu'ils se sont empressés de déguster sur place dans leurs gobelets en plastique. Aie pour la tradition du rituel !

Ces étudiants chinois ont acheté une petite fiole d'absinthe qu'ils se sont empressés de déguster sur place dans leurs gobelets en plastique. Aie pour la tradition du rituel !

Très agréable moment passé avec ces trois étudiants chinois. De gauche à droite : Ciao Men, étudiant en génie civil; Wang Ting, étudiante en informatique et Sun Shuting, étudiante en électronique.

Très agréable moment passé avec ces trois étudiants chinois. De gauche à droite : Ciao Men, étudiant en génie civil; Wang Ting, étudiante en informatique et Sun Shuting, étudiante en électronique.

Publié dans Vie du musée