Une nouvelle affiche : Édouard Pernod

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Cette très belle affiche jusque-là inconnue a été récemment acquise par le Musée de Pontarlier déjà riche en matière d'affiches sur l'absinthe. Elle présente la marque Édouard Pernod à Pontarlier.

Affiche pour la marque Édouard Pernod à Pontarlier. Imprimerie Vercasson. Collection Musée de Pontarlier.

Affiche pour la marque Édouard Pernod à Pontarlier. Imprimerie Vercasson. Collection Musée de Pontarlier.

Qui était Édouard Pernod ?

Il faut remonter à son père, également prénommé Édouard (1799-1886). Il était le fils aîné issu du premier mariage de Henri-Louis Pernod (1776-1851), fondateur de la Maison Pernod Fils à Pontarlier en 1805, avec Julie Ducommun. Édouard aida très tôt Henri-Louis dans sa première distillerie de Couvet dans le Val-de-Travers en Suisse. Ce dernier lui en fit don devant notaire en 1829 en lui faisant obligation de ne pas installer de succursale à Pontarlier afin de ne pas lui faire concurrence. Édouard doit donc imposer sa propre marque Édouard Pernod, face à celle de son père, Pernod Fils, sur le marché depuis déjà plus de 20 ans. L'époque lui est cependant favorable, car la demande d'absinthe commence être plus importante. Dès 1834, il fait ses premières expéditions à l'étranger.

Étiquette pour l'absinthe Édouard Pernod à Couvet, canton de Neuchâtel. Collection J.F. Bitaud.

Étiquette pour l'absinthe Édouard Pernod à Couvet, canton de Neuchâtel. Collection J.F. Bitaud.

Ses affaires se développant, la distillerie de Couvet devient trop exigüe et en 1850, Édouard Pernod, pour respecter sa parole vis-à-vis de son père, installe une succursale à Lunel dans l'Hérault.

En 1880, il se retire des affaires et cède la distillerie de Couvet à son fils aîné également prénommé Édouard. À une époque où la demande d'absinthe est énorme, la marque Édouard Pernod continue à prendre de l'importance et a une renommée internationale.

1897 : La marque Édouard Pernod à Pontarlier

Édouard Pernod ( 1827-1901), petit-fils d'Henri-Louis, estime que la promesse de son père est à présent caduque dans la mesure où Louis-Alfred, petit-fils d'Henri-Louis par son deuxième mariage avec Émélie Dubied, a lui-même vendu en 1888, la marque Pernod Fils dont il était le détenteur, aux frères Veil-Picard banquiers à Besançon.

Sûr de son bon droit, il installe en 1897, une succursale Édouard Pernod à Pontarlier. La même année, il réunit ses deux établissements de Couvet et de Pontarlier sous la raison sociale Société anonyme des Établissements Édouard Pernod.

 

Recto d'un buvard expliquant l'implantation à Pontarlier de la Société anonyme des établissements Édouard Pernod. Archives Pernod.

Recto d'un buvard expliquant l'implantation à Pontarlier de la Société anonyme des établissements Édouard Pernod. Archives Pernod.

Usine Édouard Pernod à Pontarlier. Carte postale. Collection privée.

Usine Édouard Pernod à Pontarlier. Carte postale. Collection privée.

Publicité annonçant la vente de l'absinthe Édouard Pernod en France et dans les colonies. L'Illustration 1898. CollectionDelahaye.

Publicité annonçant la vente de l'absinthe Édouard Pernod en France et dans les colonies. L'Illustration 1898. CollectionDelahaye.

Étiquette déposée le 5 septembre 1900. Noter la précision Maison à Pontarlier (Doubs). Collection privée.

Étiquette déposée le 5 septembre 1900. Noter la précision Maison à Pontarlier (Doubs). Collection privée.

Suite au décès d'Édouard Pernod fils en 1901, l'entreprise a continué à fonctionner avec l'aide des administrateurs mais avec la prohibition de l'absinthe en Suisse en 1910, les affaires deviennent difficiles. En France, l'avenir n'est pas meilleur car les discussions sur l'interdiction de l'absinthe vont bon train et les dépôts de lois se succèdent à la Chambre et au Sénat. Aussi, la prévoyance commandait-elle de vendre la marque tant qu'elle avait encore une valeur marchande. C'est ainsi que la marque Édouard Pernod passa aux mains du distillateur Hubert Bresson de Fougerolles dans la Haute-Saône

Un-Pernod

Hubert Bresson, déjà héritier d'une grosse distillerie à Fougerolles avait les moyens de faire tourner les usines de Couvet et de Pontarlier puisqu'il distillait en plus de l'absinthe des eaux-de-vie de fruits et du kirsch. Ce qui l'intéressait par-dessus tout c'était de posséder la marque Pernod, connue dans le monde entier et également d'être implanté à Pontarlier, dont la renommée pour l'absinthe n'était plus à faire. Dès lors, l'entreprise prit pour raison sociale : Pernod S.A. Couvet et déposa en 1910 ou 1911, la marque Un-Pernod.

Étiquette (1910-1911 ?) déposée par Hubert Bresson, même si l'on remarque que sous "Un-Pernod" est précisé "Marque déposée par Édouard Pernod à Pontarlier". Édouard Pernod est décédé en 1901 mais garder son nom est essentiel. Collection Delahaye.

Étiquette (1910-1911 ?) déposée par Hubert Bresson, même si l'on remarque que sous "Un-Pernod" est précisé "Marque déposée par Édouard Pernod à Pontarlier". Édouard Pernod est décédé en 1901 mais garder son nom est essentiel. Collection Delahaye.

Un premier procès pour la revendication de l'utilisation du nom Pernod eut lieu entre MM. Veil-Picard, détenteurs de la marque Pernod Fils et Hubert Bresson propriétaire de la marque Édouard Pernod et principal actionnaire de Pernod S.A. Le jugement rendu par le tribunal de Pontarlier et la Cour d'appel de Besançon, donna raison à Hubert Bresson qui pouvait désormais appeler son absinthe "Un Pernod". La manœuvre avait été habile car les consommateurs qui avaient pris l'habitude de dire "Un Pernod" pour désigner une absinthe en général, se voyaient dès lors, servir une absinthe Édouard Pernod.

(Pour plus de détails et d'iconographie sur l'histoire d'Édouard Pernod, voir mon livre "Pernod, 200 ans d'entreprise", édition du Musée de l'Absinthe, Auvers-sur-Oise, 2005)

Affichette rendant compte des jugements validant l'utilisation de la marque "Un Pernod" par la Maison Édouard Pernod, propriété de Hubert Bresson de Fougerolles. Collection G. Gautier.

Affichette rendant compte des jugements validant l'utilisation de la marque "Un Pernod" par la Maison Édouard Pernod, propriété de Hubert Bresson de Fougerolles. Collection G. Gautier.

Carte publicitaire spécifiant le droit à Hubert Bresson, dont le nom n'apparaît pas, d'utiliser la marque "Un-Pernod". Néanmoins, on peut lire en bas, à droite de la carte,  "Imp. Reuchet-Ougier Fougerolles". Collection C. Amiel.

Carte publicitaire spécifiant le droit à Hubert Bresson, dont le nom n'apparaît pas, d'utiliser la marque "Un-Pernod". Néanmoins, on peut lire en bas, à droite de la carte, "Imp. Reuchet-Ougier Fougerolles". Collection C. Amiel.

Conclusion

L'affiche Édouard Pernod à Pontarlier qui montre nettement la bouteille d'absinthe avec la précision Un-Pernod, a été réalisée à l'initiative d'Hubert Bresson, distillateur à Fougerolles dans la Haute-Saône et propriétaire de la marque Édouard Pernod à Pontarlier. Elle peut être datée vers 1910-1911. Reste à trouver le dépôt de marque pour avoir une datation précise.

Elle sera exposée pour la première fois au Musée de Pontarlier, 2 place d'Arçon, dans le cadre des Absinthiades les 4 et 5 octobre prochains. Le samedi 5 à 15 heures, elle sera commentée par la directrice du musée.

Bouteille (vide !) représentée sur l'affiche. On notera que l'absinthe Édouard Pernod était à 65° alors que la Pernod Fils titrait 68°. Collection Delahaye.

Bouteille (vide !) représentée sur l'affiche. On notera que l'absinthe Édouard Pernod était à 65° alors que la Pernod Fils titrait 68°. Collection Delahaye.