J'aime-J'aime pas

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Chaque année, au cours des Absinthiades de Pontarlier, des médailles sont attribuées aux absinthes sélectionnées par un panel de dégustateurs. Trois jurys se succèdent sur 2 jours. Une première session  comprend un jury de Professionnels. Le deuxième jury est dit Populaire et compte des participants de tous horizons ayant déjà eu quelques expériences gustatives. Le troisième jury est celui des VIP, personnalités de la ville ou d'ailleurs, n'ayant pour la plupart aucune expérience. Chaque jury est composé de 24 personnes, ce qui donne au total, 72 personnes plus ou moins initiées, certaines ne l'étant pas du tout, censées représenter l'ensemble des consommateurs.

Tout est prêt pour le concours de dégustation. Photo Delahaye.

Tout est prêt pour le concours de dégustation. Photo Delahaye.

Les 27 bouteilles (vides) participant au concours. Photo Delahaye.

Les 27 bouteilles (vides) participant au concours. Photo Delahaye.

Les tests se font bien entendu à l'aveugle. Chaque absinthe a été préalablement transvasée devant huissier dans une bouteille anonyme non transparente. Cette année, 27 marques d'absinthe françaises, suisses et allemandes ont participé au concours. Comme il n'est pas possible de déguster, même en recrachant, 27 absinthes, chaque jury a été divisé en deux, une moitié dégustant les absinthes numérotées de 1 à 13 et l'autre moitié, celles de 14 à 27. C'est la moyenne des trois jurys qui est décisive dans l'attribution des médailles.

Philippe Chapon, président des Amis du musée, donne ses ultimes recommandations. Photo Delahaye.

Philippe Chapon, président des Amis du musée, donne ses ultimes recommandations. Photo Delahaye.

L'attente des résultats est un moment très éprouvant pour les participants. Quand ils tombent, ils sont forcément décevants pour ceux qui n'arrivent pas en tête, chaque participant au concours estimant faire la meilleure absinthe.

Il ne faut cependant pas oublier que le panel étant composé en majorité de non professionnels, ce qui ressort est, finalement, le goût moyen des consommateurs. Ne connaissant que les anisés de type pastis, ils sont généralement déstabilisés par les absinthes très élaborées, très riches en plantes où la saveur de l'absinthe avec son acreté caractéristique domine. Il faut être du métier ou un consommateur averti pour apprécier véritablement leur subtilité. Je m'en aperçois nettement quand je fais des dégustations au musée.

Mais il ne faut pas oublier non plus, que ce consommateur moyen est l'acheteur. Cela veut dire qu'il y a toute une éducation du goût à faire pour les amener vers le haut de gamme. D'où l'importance de lieux où, en plus de la vente, on explique réellement ce qu'est l'absinthe. Comme je l'ai déjà écrit, il faut faire entrer les consommateurs dans le mythe de la Fée verte pour qu'ils apprécient pleinement toute la finesse du produit et intériorisent ces nouvelles saveurs.

Les résultats du concours de dégustation 2014.

Les résultats du concours de dégustation 2014.

Le résultat complet du concours 23014.

Le résultat complet du concours 23014.