Taux variables pour la thuyone

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Des chercheurs de l'Université de Bordeaux ont obtenu par multiplication végétative par culture d'apex de grande absinthe plusieurs clônes dont l'huile essentielle a été analysée. On appelle apex, l'extrémité d'une racine ou d'une tige.

Selon les clônes, ils ont observé une importante variation des monoterpènes, en particulier de l'acétate de sabinyle et de la ß-thuyone, ce dernier composé contribuant à la fois, comme on le sait, aux propriétés médicinales de la plante et à sa toxicité.

Matériel et méthode

Des semences d'absinthe du commerce ont été stérilisées puis mises à germer sur un milieu nutritif. La germination est maximale au bout de 16 jours. Des apex de 2mm. sont alors prélevés et placés sur une nouvelle solution nutritive. Après quelques jours de culture, ils obtiennent des plantules enracinées d'1 cm.

Ces plantules sont repiquées sur un milieu plus riche de multiplication. Des racines apparaissent au bout d'une semaine. Après 3 semaines de culture, les plantules ont atteint 3 à 4 cm. Sept clônes sont isolés au cours de 4 repiquages et placés en mini serre. Après 10 jours d'acclimatation, les plants sont transférés en pots sur du terreau.

Analyse et résultats

Les analyses sont effectuées sur des feuilles (pétiole et limbe) de plants cultivés 20 jours en pot. Les auteurs réalisent sur les prélèvements une chromatographie en phase gazeuse.

Taux variables pour la thuyone

Conclusion des auteurs

L'analyse par chromatographie en phase gazeuse de 7 clônes d'A. absinthium cultivés in vitro montre des différences de profil marquées. On observe une importante variation des teneurs en ß-thuyone et en acétate de sabinyle.

A. Lamarti, I. Sadki, A. Badoc, G. Deffieux, J.-P. Carde, Obtention par culture in vitro de clônes d'absinthe, Artemisia absinthium L, dénués de thuyone. Bull. Soc. Pharm. Bordeaux, 1996, 135, 25-43.

On notera que les teneurs sont exprimées en mg par 100 g de matière fraîche.

On notera que les teneurs sont exprimées en mg par 100 g de matière fraîche.

Taux variables pour la thuyone

Nos résultats concordent avec ceux de la littérature. Les profils essentiels des feuilles des 7 clônes d'absinthe permettent de penser que la population d'origine présente une grande hétérogénéité chimique. Le clône a est riche en ß-thuyone; les clônes e, f et i en acétate de sabinyle et les clônes b, c et d contiennent des quantités importantes de ces deux terpènes.

Chercheurs de l'Université de Bordeaux, cités plus hauts.

À partir de ce travail de recherche, quelques remarques sont possibles :

- À cette hétérogénéité chimique, on peut apposer une hétérogénéité physique. Logiquement des clônes ont le même patrimoine génétique car issus d'une souche-mère. Or la variabilité biochimique observée sous-entend des modifications du génôme. Celles-ci vont influencer le phénotype. On appelle phénotype l'ensemble des caractères physiques visibles tels que la forme des feuilles, leur couleur, la taille de la plante, etc...

Souvenez-vous de mon vieux pied d'absinthe dont j'avais laissé les fleurs grainer l'an dernier. (http://absinthemuseum.auvers.over-blog.com/2014/09/une-collection-vivante-les-artemisia.html ). Deux graines ont naturellement germé et à présent 2 jeunes pieds entourent le plus âgé. Ces deux plants, issus de la même plante mère ont des feuilles différentes. L'un a des feuilles pointues tandis que sur l'autre, elle sont arrondies. Si on les analysait, les résultats, à coup sûr montreraient des disparités. Ceci montre la grande adaptation de la plante mais aussi sa grande variabilité.

Deux phénotypes différents issus de graines d'une même plante mère. © photo Delahaye.
Deux phénotypes différents issus de graines d'une même plante mère. © photo Delahaye.

Deux phénotypes différents issus de graines d'une même plante mère. © photo Delahaye.

- Ces résultats expliquent aussi la variabilité du taux de thuyone présent dans des absinthes pourtant réalisées à partir d'une même recette. Il est clair que le résultat gustatif sera différent selon la provenance des plantes. Une absinthe cultivée en Pologne ne donnera pas le même rendu final qu'une autre venant d'Italie ou originaire de Suisse ou de Franche-Comté, leur variabilité moléculaire dépendant de la composition du sol, du degré d'ensoleillement, de l'altitude, du temps de repos de la plante pendant l'hiver, de la pluviométrie pendant la phase de bourgeonnement, de l'âge du plant et de nombreux autres facteurs agissant sur le biotope de la plante. J'avais déjà fait la remarque que ma grande absinthe originaire de Pontarlier s'était très bien adaptée à mon jardin mais avait perdu en intensité de parfum.

- De même, d'une année sur l'autre, les plantes poussant au même endroit présenterons également des variantes d'arômes selon que la saison aura été ensoleillée ou non. Cela montre aussi la difficulté à obtenir des absinthes à la saveur absolument constante d'une année à l'autre, malgré une même formule et une technique de distillation maîtrisée, car dépendant des conditions de récolte.

Pour une même marque, sauf exception, ces variabilités ne sont, pour la plupart du temps, pas perceptibles par le consommateur.

Publié dans Botanique