1857 : Trouble absinthe à tige

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Le brevet d'invention de ce trouble absinthe a été déposé le 26 janvier 1857 par  M. Chéron, artiste musicien demeurant rue Guisarde à Paris.

Brevet d'invention déposé à l'INPI, le 26 janvier 1857. Document INPI.

Brevet d'invention déposé à l'INPI, le 26 janvier 1857. Document INPI.

Brevet d'invention, pages 2 et 3. Description de l'appareil. Document INPI.
Brevet d'invention, pages 2 et 3. Description de l'appareil. Document INPI.

Brevet d'invention, pages 2 et 3. Description de l'appareil. Document INPI.

Cet appareil consiste :
1° En une cuvette munie de trois anses supports qui l'empêchent de boucher hermétiquement le verre sur lequel on l'applique.
2° En un long tube placé au fond de la cuvette et assez long pour que son extrémité inférieure baigne dans la liqueur. Ce tube est percé de quatre petites trous à deux centimètres au-dessous de la cuvette et de quatre autres petits trous à une extrémité inférieure.
Les trous supérieurs sont destinés à faire jaillir l'eau sur les parois du verre, d'où elle glisse doucement dans la liqueur. Les trous inférieurs ont pour but de communiquer à la liqueur, au moyen de l'eau qu'ils laissent échapper, une agitation légère qui parfait sa dilatation en opérant une attraction entre l'eau tombant des trous supérieurs et l'eau lâchée par les trous inférieurs.
Il s'ensuit que le mélange est rapidement et parfaitement accompli sans que la liqueur perde rien de son arôme, ce qui ne peut avoir lieu avec les appareils mis jusqu'à ce jour en usage. Les uns laissent perdre tout l'arôme de la liqueur par la chute trop lourde de l'eau dans un verre entièrement découvert; les autres n'arrivent que lentement à un mélange incomplet en bouchant hermétiquement le verre et en empêchant ainsi la dilatation de la liqueur.

Description. Source INPI.

Dessin donné sur le brevet d'invention, page 4. Document INPI.

Dessin donné sur le brevet d'invention, page 4. Document INPI.

On retrouve le principe de ce trouble absinthe avec la marque Perrenod & Cie basée à Demigny en Saône-et-Loire et Genève. Avec cependant quelques nuances :

La partie supérieure couvre entièrement le verre pour éviter la fuite des arômes  tandis que l'eau est versée dans un petit godet. La tige qui plonge dans l'absinthe ne présente qu'un trou à son extrémité inférieure.

Trouble absinthe à tige Perrenod & Cie. Collection Delahaye.
Trouble absinthe à tige Perrenod & Cie. Collection Delahaye.

Trouble absinthe à tige Perrenod & Cie. Collection Delahaye.

On notera que sur tous les brevets d'invention, le terme est trouble absinthe et non brouille absinthe comme on a l'habitude de le dire. Terme confirmé par les textes d'époque où l'on peut lire que l'on va troubler son absinthe (et non brouiller son absinthe) pour dire que l'on va boire une verte.

Merci à l'équipe de l'INPI qui a eu la gentillesse de mettre ces documents à ma disposition. Ils restent leur propriété et ne peuvent être repris à partir de ce blog.

Publié dans Collection