Albert Maignan et la Fondation Taylor

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Albert Maignan dont le tableau La Muse verte est connu de tous les passionnés de l’absinthe, avait sa maison-atelier à Paris, 1 rue La Bruyère dans le quartier de la Nouvelle-Athènes. Situé au cœur du IXe arrondissement, juste derrière la place Saint-Georges, cet hôtel particulier de quatre étages construit en 1832 avait été acheté et modifié en 1834 par le peintre Charles-Philipe Larivière dont la fille épousera Albert Maignan. Lorsqu’à son tour, Albert Maignan occupera l'immeuble, il le fera rehausser en 1878 afin d’avoir un espace suffisant pour travailler de grands formats.

Les époux Maignan possédaient également une maison à Saint-Prix dans le Val d’Oise. Ils y firent construire un grand atelier de façon à pouvoir accueillir les grandes toiles de décorations commencées à Paris.

Albert Maignan dans sa maison-atelier rue La Bruyère à Paris, devant le décor de la salle des fêtes de l'Exposition universelle de 1900. ©Frédéric Arnaud/Fondation Taylor.

Albert Maignan dans sa maison-atelier rue La Bruyère à Paris, devant le décor de la salle des fêtes de l'Exposition universelle de 1900. ©Frédéric Arnaud/Fondation Taylor.

Né le 14 octobre 1845 à Beaumont-sur-Sarthe, Albert Maignan suit ses parents à Paris en 1864. En 1865, il entre à l’atelier de Jules Noël tout en suivant des études de droit. Il le quittera plus tard pour Luminais. Il expose pour la première fois au Salon en 1867 et y participera jusqu’en 1908.

Portrait d'Albert Maignan par Émile Charles-Bitte, 1892. ©Frédéric Arnaud/Fondation Taylor.

Portrait d'Albert Maignan par Émile Charles-Bitte, 1892. ©Frédéric Arnaud/Fondation Taylor.

Albert Maignan devient membre de « L’Association des artistes peintres, sculpteurs, architectes, graveurs et dessinateurs », en 1872. Elle avait été créée  par le baron Taylor en 1844 et son rôle de soutien à la création artistique a été reconnu d’utilité publique en 1881. L’Association  prendra le nom de Fondation Taylor.

À la mort du baron en 1879, Albert Maignan est appelé à faire parti du comité. Il y assumera diverses fonctions jusqu’à son élection en tant que Président en 1905, poste qu’il conservera jusqu’à sa mort en 1908. Son épouse, elle-même pastelliste, fera don à la Fondation par testament de la maison-atelier de la rue La Bruyère afin que celle-ci puisse continuer à remplir son rôle. Après son décès en 1947, la Fondation s’y est installée en 1949.

Aujourd’hui, la Fondation Taylor continue à développer ses missions de valorisation de la création et d’aide aux artistes par l’attribution de bourses et d’une cinquantaine de prix pour une somme totale de 450 000 € réunis grâce aux seuls donateurs privés.

Des expositions régulières, en accès libre au public, font de l’ancienne maison-atelier d’Albert Maignan un centre de vie artistique.

La maison-atelier d'Albert Maignan, 1 rue La Bruyère à Paris, devenue la Fondation Taylor. Au dernier étage, l'atelier du peintre avec sa grande verrière.

La maison-atelier d'Albert Maignan, 1 rue La Bruyère à Paris, devenue la Fondation Taylor. Au dernier étage, l'atelier du peintre avec sa grande verrière.

Le bel atelier à l'étage permet d'accueillir une programmation de concerts de musique de chambre et des conférences liées aux expositions.

Le bel atelier à l'étage permet d'accueillir une programmation de concerts de musique de chambre et des conférences liées aux expositions.

Publié dans Articles