La Fée me fausse compagnie !

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Transsib 13-1- Après m'avoir suivie pendant près de 8000 kilomètres, la Fée Parisienne soudain disparaît dès notre arrivée à Pékin. Victime de notre chauffeur de taxi indélicat qui a sorti rapidement les bagages du coffre de la voiture et est parti précipitamment en emportant mon sac "Absinthe".

Retrouvée parmi les plus de 21 millions de chinois que compte la capitale, la Fée Absinthe m'a été rendue mais néanmoins contre rançon !

L'auteur du délit repéré par la caméra de l'hôtel rapporte la Fée. Ph. Delahaye.

L'auteur du délit repéré par la caméra de l'hôtel rapporte la Fée. Ph. Delahaye.

Cette petite mésaventure mérite bien de sourire avec ces deux dessins de presse.

En Chine - Parce que c'est toi, l'empereur t'invite à te suicider. - C'est ce que je fais : je bois maintenant le terrible poison des barbares, l'absinthe. Dessin de Henry Somm. Le Rire, 1901. Coll. Delahaye.

En Chine - Parce que c'est toi, l'empereur t'invite à te suicider. - C'est ce que je fais : je bois maintenant le terrible poison des barbares, l'absinthe. Dessin de Henry Somm. Le Rire, 1901. Coll. Delahaye.

- Les chinois, c'est pas des gens civilisés; d'abord i' sont tous abrutis par l'opium. Dessin de Georges Delaw. Le Rire, 1900. Coll. Delahaye.

- Les chinois, c'est pas des gens civilisés; d'abord i' sont tous abrutis par l'opium. Dessin de Georges Delaw. Le Rire, 1900. Coll. Delahaye.

À suivre... Transsib. 13-2-Une absinthe pour Mao