Le Transsibérien : embarquement immédiat

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Transsib 5. Samedi 6 août. Cette fois, ça y est ! Nous voilà prêts à monter dans le mythique Transsibérien qui va nous mener de Moscou à Pékin.

Attention, il ne faut pas confondre le Transsibérien avec l'Orient-Express, train de luxe qui relie Londres-Paris-Venise. Le Transsibérien est un train de ligne populaire emprunté par tous même si sur certains trains quelques voitures de luxe peuvent être accrochées. Des trains partent tous les jours vers Vladivostock ou Pékin. Ils sont soit russes, mongols ou chinois. En fait, le Transsibérien est à l'origine le nom de la voie qui va de Moscou à Vladivostock, chaque train ayant un nom propre suivant leur destination. Mais par extension on appelle le train lui-même le Transsibérien.

La ligne Moscou-Pékin du Transsibérien.

La ligne Moscou-Pékin du Transsibérien.

Partis de la gare de Kazan à Moscou vers 13h nous allons voyager jusqu'au lendemain en fin d’après-midi, soit 29h de train pour 1814 kilomètres. Évidemment, ce n’est pas le TGV !

Le Transsibérien : embarquement immédiat

Comme dans le Paris-Moscou, nous sommes accueillis par une provodnista responsable du wagon qui nous conduit à notre compartiment. Elle est chargée de veiller à notre confort.

Natalia notre provodnista. À remarquer l'insigne de son calot : la faucille et le marteau ont été remplacés par un marteau et une clé à mollette. Ph. Delahaye

Natalia notre provodnista. À remarquer l'insigne de son calot : la faucille et le marteau ont été remplacés par un marteau et une clé à mollette. Ph. Delahaye

Le Transsibérien est un train couchettes. Il parcourt de longues distances sur plusieurs jours. Ph. Delahaye
Le Transsibérien est un train couchettes. Il parcourt de longues distances sur plusieurs jours. Ph. Delahaye

Le Transsibérien est un train couchettes. Il parcourt de longues distances sur plusieurs jours. Ph. Delahaye

Un dernier coucou avant le départ !

Un dernier coucou avant le départ !

Le wagon restaurant est moins pimpant que celui du Paris-Moscou. Peu de monde le fréquente, la plupart des voyageurs préfèrent dîner dans leur cabine. Nous sympathisons avec un jeune russe. Je lui fais goûter l’absinthe puis devant son air satisfait, je lui offre une mignonnette.

Le Transsibérien : embarquement immédiat
Le Transsibérien : embarquement immédiat

Le lendemain matin nous nous réveillons en Oural central. C’est une région très boisée couverte de forêts de bouleaux et de résineux mais également une région industrielle importante du fait de sa richesse en matières premières.

Le Transsibérien : embarquement immédiat
Le Transsibérien : embarquement immédiat
Wagon chargé de charbon.

Wagon chargé de charbon.

Quelques arrêts rapides qui ne permettent pas de descendre sur le quai mais offrent le spectacle inhabituel de marchands ambulants qui proposent des fruits, surtout des myrtilles, et même des lustres ! 

Vendeuse de lustres sur le quai. Derrière, à l'arrêt, un train qui a conservé les symboles du communisme. Ph. Delahaye.

Vendeuse de lustres sur le quai. Derrière, à l'arrêt, un train qui a conservé les symboles du communisme. Ph. Delahaye.

Ph. Delahaye.

Ph. Delahaye.

Puis, un arrêt d'une vingtaine de minutes permet de descendre du train. Des petits marchands nous permettent de nous ravitailler un peu. Un peu de marche, de photos, une petite pause bienvenue dans le trajet.

Arrêt à la gare de Druzhinino. Ph. Delahaye.

Arrêt à la gare de Druzhinino. Ph. Delahaye.

Natalia nous signifie le temps à notre disposition avant de repartir. Ce n'est pas très clair mais elle connaît ses voyageurs et nous fera signe le moment venu. Ph. Delahaye.

Natalia nous signifie le temps à notre disposition avant de repartir. Ce n'est pas très clair mais elle connaît ses voyageurs et nous fera signe le moment venu. Ph. Delahaye.

Tout le monde est sur le quai. J'ai pris un peu de hauteur pour observer la gare, en particulier le train chargé de chars. Ph. Delahaye.

Tout le monde est sur le quai. J'ai pris un peu de hauteur pour observer la gare, en particulier le train chargé de chars. Ph. Delahaye.

Puis, c'est le rappel, le train doit repartir. Les provodnista, chacune devant son wagon surveillent qui monte à bord.

Le Transsibérien : embarquement immédiat
Natalia s'assure que tout le monde est bien remonté. Ph. Delahaye.

Natalia s'assure que tout le monde est bien remonté. Ph. Delahaye.

Le train est reparti. Le temps passe tranquillement à lire, écrire, regarder les paysages. On se sent un peu hors du temps et surtout loin de la fureur du monde.

Villages de l'Oural. Ph. Delahaye.
Villages de l'Oural. Ph. Delahaye.
Villages de l'Oural. Ph. Delahaye.

Villages de l'Oural. Ph. Delahaye.

En fin de journée, ce sera notre prochaine étape pour 2 jours, la ville d'Ekaterinbourg.

À suivre...Transsib 6- Ekaterinbourg, un pied en  Europe, un pied en Asie.