La Brasserie Gallopin

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Nous voilà repartis pour une nouvelle journée à la découverte des merveilles de la Belle Époque.

Quand Gustave Gallopin, négociant en alcool,  emménage au 40 rue Notre-Dame des Victoires le 1er septembre 1876, son établissement n’est qu’un débit de bières et de vin au détail. Tour à tour négociant en alcool et restaurateur il  invente une mesure de bière de 20 cl qui porte encore son nom. Le succès étant au rendez-vous, il rachète deux boutiques mitoyennes pour créer en 1879 le tout premier Bar anglo-américain de Paris, en hommage aux origines de sa femme.

Dès l'entrée, on est séduit par les boiseries victoriennes d'époque en acajou de Cuba réalisées en 1885 par des artistes londoniens et par les cuivres rutilants.

Le Gallopin, 40 rue Notre-Dame des Victoires 75002 Paris. Métro Bourse.  Première salle donnant sur la rue, face à la Bourse. Ph. Delahaye.

Le Gallopin, 40 rue Notre-Dame des Victoires 75002 Paris. Métro Bourse. Première salle donnant sur la rue, face à la Bourse. Ph. Delahaye.

Les armoiries de la maison représentent les deux initiales du nom et du prénom de Gustave Gallopin. On les retrouve sur de nombreux éléments de décoration d'époque, notamment sur certaines vitres où elles furent gravées à l'acide. Il fait poser la verrière en 1900 à l'occasion de l'Exposition universelle.

La salle du fond. À gauche, la verrière. Ph. Delahaye.

La salle du fond. À gauche, la verrière. Ph. Delahaye.

Verrière 1900 vue dans un sens puis dans l'autre. Ph. Delahaye.
Verrière 1900 vue dans un sens puis dans l'autre. Ph. Delahaye.

Verrière 1900 vue dans un sens puis dans l'autre. Ph. Delahaye.

Détail du panneau de côté. Ph. Delahaye.
Détail du panneau de côté. Ph. Delahaye.

Détail du panneau de côté. Ph. Delahaye.

Détails de la verrière. Ph. Delahaye.
Détails de la verrière. Ph. Delahaye.

Détails de la verrière. Ph. Delahaye.

Situé face à la Bourse, la clientèle du Gallopin était celle des commis, fondés et industriels. L'endroit devint également un des hauts lieux des fêtes parisiennes dans les années folles et est à  l'origine de la mode des cocktails, tendance inspirée par les fêtes à bord des paquebots transatlantiques. Aujourd'hui, le Gallopin continue à recevoir le tout Paris de la mode et du spectacle.

À suivre... La Fermette Marbœuf

Pour reprendre l'histoire à son début et découvrir qui est Bryce : http://absinthemuseum.auvers.over-blog.com...de-voleurs.html