La Buveuse d’Absinthe à Paris

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

C’est la première fois que La Buveuse d’absinthe ou La Buveuse accoudée revient à Paris.

Peinte par Picasso en 1901, elle avait été achetée par le russe Sergueï Chtchoukine, collectionneur visionnaire de l’art moderne français et l’un des plus grands mécènes du début du XXe siècle.
 

La Buveuse d’absinthe, Picasso, 1901. ©Succession Picasso.

La Buveuse d’absinthe, Picasso, 1901. ©Succession Picasso.

Magnat du textile né en 1874 à Moscou, Chtchoukine, qui a collectionné tout au long de sa vie les maîtres impressionnistes et post-impressionnistes, avait constitué un véritable trésor avec les tableaux de 64 maîtres tels que Monet, Cézanne, Gauguin, Rousseau, Derain, Matisse ou Picasso, mais aussi Degas, Renoir, Toulouse-Lautrec ou encore Van Gogh.

En ouvrant sa collection au public, le dimanche et gratuitement, à partir de 1908, il voulait faire découvrir l'art moderne au plus grand nombre et instiller ainsi les germes de l'avant-garde à une jeune génération d'artistes russes encore enserrés dans l'académisme.

Reconstitution d'une pièce du palais Chtchoukine © Slow Production

Reconstitution d'une pièce du palais Chtchoukine © Slow Production

Après la révolution de 1917, Chtchoukine  muni de faux papiers se réfugie en Allemagne avant de  s’installer à Nice puis à Paris où il mourra en 1936.

La collection est réquisitionnée et nationalisée par Lénine en 1918. Le gouvernement installe dans l'ancien hôtel particulier de Chtchoukine le premier musée de peinture moderne occidentale qui ouvre ses portes au public au printemps 1919. La conservatrice en est la fille de Chtchoukine, Ekaterina Keller qui émigrera en 1922.

En 1929, la collection est déménagée dans l'ancien hôtel particulier d'Ivan Morozov, autre grand collectionneur russe d'art moderne pour constituer le Musée d’État de l'Art moderne occidental.

En 1948, la collection est victime des campagnes staliniennes contre l'art bourgeois. Le musée d'art moderne est liquidé et ses collections sont partagées entre le Musée Pouchkine à Moscou et celui de l'Ermitage à Léningrad, Saint-Pétersbourg aujourd’hui. Après la mort de Staline, les œuvres reparaissent progressivement pour constituer aujourd'hui l'un des trésors des musées russes. (Source Wikipedia)

Aujourd’hui, l'audace et l'intuition de Chtchoukine, l'homme aux 38 Matisse et aux 50 Picasso est enfin reconnue.

L’Exposition à Paris : “Icônes de l'art moderne. La collection Chtchoukine”

Grâce à la participation du Musée d'Etat de l'Ermitage et du Musée d'Etat des Beaux-Arts Pouchkine, qui ont contribué à l'élaboration du projet, l'exposition présente un ensemble de cent soixante chefs-d’œuvre d’art moderne.

Cette exposition se déroule à la Fondation Vuitton dans le bâtiment emblématique du XXIe siècle, signé par Frank Gerhy. Créée à l’initiative de Bernard Arnault en 2006 par le groupe LVMH et ses Maisons, la Fondation Louis Vuitton s’inscrit dans le mécénat pour l’art et la culture développé par le groupe depuis plus de vingt ans. Elle a pour ambition de favoriser et de promouvoir la création artistique sur le plan national et international.

La Fondation Vuitton. Bâtiment de l'architecte Frank Gerhy. ©Fondation Vuitton.

La Fondation Vuitton. Bâtiment de l'architecte Frank Gerhy. ©Fondation Vuitton.

Adresse : 8, avenue du Mahatma Gandhi, 75016 Paris.
L’exposition est visible jusqu’au 20 février 2017.

Publié dans Actualités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :