Les éventails 1922-1937

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Article 3 - En 1920, les nouveaux anisés ne doivent pas avoir un degré alcoolique supérieur à 30° et doivent contenir un minimum de 10g/l de sucre par degré alcoolique avec un minimum de 200 g/l, ce qui en faisait des liqueurs.

En 1922, face aux protestations des syndicats du commerce, les anisés passent de 30 à 40° ce qui permet une dissolution d'huiles essentielles un peu plus importantes et donc une meilleure qualité gustative du produit. Par ailleurs le taux de sucre est à ramené à 150g/litre.

En 1932, les anisés sont enfin libérés de leurs contraintes. Ils sont toujours à 40° mais la quantité d'essence d'anis est renforcée et surtout, il n'est plus obligatoire de les sucrer. L'anis pouvait quitter le rang des liqueurs pour devenir un apéritif. C'est à cette époque que Paul Ricard propose son apéritif anisé qui s'appellera officiellement Un Ricard en 1934.

C'est en 1937 que Ricard impose le mot "Pastis". Le mot était déjà utilisé par les provençaux en 1933 car signifiant en langue provençale "mélange trouble". En l'ajoutant à son nom, Paul Ricard l'officialise définitivement. "Ricard, le vrai pastis de Marseille" a été déposé le 25 mai 1937.

 

Tableau récapitulatif des degrés alcooliques. Paru dans mon livre "Le Petit traité du Pastis", éd. Équinoxe, 2005.

Tableau récapitulatif des degrés alcooliques. Paru dans mon livre "Le Petit traité du Pastis", éd. Équinoxe, 2005.

Finie l'Absinthe Vive l'Anis !

Alors que certaines marques axent leur communication sur les vestiges de l'absinthe, d'autres au contraire jouent la carte de la modernité. Il est à noter que toutes les marques qui suivent avaient d'abord fabriqué de l'absinthe.

Éventails La Cressonnée

Fernand Boulanger avait inventé une formule d'absinthe originale puisqu'il ajoutait du cresson, d'où le nom donné à son produit. Son fils Paul développera le concept pour l'apéritif anisé. (Voir le tome 2 du Dictionnaire des Marques, pages 210 à 228).

Éventail rigide fermé et ouvert. La Cressonnée Apéritif idéal a été déposé le 13 juillet 1923. Coll. R. Roger.
Éventail rigide fermé et ouvert. La Cressonnée Apéritif idéal a été déposé le 13 juillet 1923. Coll. R. Roger.

Éventail rigide fermé et ouvert. La Cressonnée Apéritif idéal a été déposé le 13 juillet 1923. Coll. R. Roger.

Ensemble des éventails La Cressonnée. Page 218 du tome 2 du Dictionnaire des Marques.

Ensemble des éventails La Cressonnée. Page 218 du tome 2 du Dictionnaire des Marques.

Éventails cocardes. Détail de quelques-uns des éventails. Coll. Delahaye.
Éventails cocardes. Détail de quelques-uns des éventails. Coll. Delahaye.
Éventails cocardes. Détail de quelques-uns des éventails. Coll. Delahaye.

Éventails cocardes. Détail de quelques-uns des éventails. Coll. Delahaye.

Verso d'un des éventails. Coll. R. Roger.

Verso d'un des éventails. Coll. R. Roger.

Le verso des éventails donne deux textes vantant La Cressonnée avec une mise en garde contre les fausses absinthes "auquel seuls les naïfs se laissent prendre" !

Textes inscrits au verso des éventails. Le deuxième texte est également présent sur un buvard. Coll. Delahaye.
Textes inscrits au verso des éventails. Le deuxième texte est également présent sur un buvard. Coll. Delahaye.

Textes inscrits au verso des éventails. Le deuxième texte est également présent sur un buvard. Coll. Delahaye.

Éventails cocardes recto verso. Coll. Roger.
Éventails cocardes recto verso. Coll. Roger.

Éventails cocardes recto verso. Coll. Roger.

L'affiche lithographiée réalisée par Auzolle en 1924 va être reproduite sur divers supports dont des éventails.

Affiche de M. Auzolle, 1924. Coll. Delahaye.

Affiche de M. Auzolle, 1924. Coll. Delahaye.

Éventails pliés. Coll. Roger.

Éventails pliés. Coll. Roger.

Éventails cocardes. Coll. Delahaye.
Éventails cocardes. Coll. Delahaye.

Éventails cocardes. Coll. Delahaye.

Éventails Amourette

Ariste Hémard installé à Montreuil-sous-Bois dans la Seine (aujourd'hui Seine Saint-Denis) depuis 1871 lance dès 1920 un anisé qu'il appellera Amourette et qui sera donc à 30°. En 1922, bien que les 40° soient autorisés, l'Amourette passe à 35°.

D'après la rumeur, la jeune femme en pyjama de soirée n'aurait pas laissé Ariste indifférent. Il aurait demandé au lithographe Rahuel de la prendre pour modèle pour son affiche déclinée ensuite en de multiples documents

Affiche lithographiée d'après Rahuel, 1922. Coll. Walburger

Affiche lithographiée d'après Rahuel, 1922. Coll. Walburger

Éventail rigide. Coll. Sévenier.

Éventail rigide. Coll. Sévenier.

Éventail cocarde. Coll. Dacheux.

Éventail cocarde. Coll. Dacheux.

Éventail cocarde. Coll. Roger.

Éventail cocarde. Coll. Roger.

Éventails Un Premier

François Premier a ouvert sa distillerie à Romans dans la Drôme en 1829 mais c'est à son fils, Louis-Philippe Premier, que l'on doit la création de la marque d'absinthe Premier Fils en 1882. Son beau-frère Charles Henry sera associé à l'affaire qui deviendra la Société Premier Fils, Charles Henry et Cie en 1902.

C'est Édouard Premier, fils de Louis-Philippe, qui déposa le 21 février 1923 la marque Anis Premier. (Voir le livre Premier-Henry Une dynastie de distillateurs romanais du Dr Jean-Pierre Luauté. Éd du Musée de l'Absinthe, 2009)

Éventail plié et éventail cocarde. Coll. Luauté.
Éventail plié et éventail cocarde. Coll. Luauté.

Éventail plié et éventail cocarde. Coll. Luauté.

En 1929, l'affiche de Henry Le Monnier traduit la volonté de l'entreprise à rester toujours première. Elle sera reproduite sur une foule de petits documents publicitaires.

Carton publicitaire représentant l'affiche de Le Monnier, 1929. Coll. Luauté.

Carton publicitaire représentant l'affiche de Le Monnier, 1929. Coll. Luauté.

Éventail plié. Coll. Luauté.

Éventail plié. Coll. Luauté.

Éventails Peureux

Installée en 1864 à Fougerolles en Haute-Saône par Auguste Peureux, la distillerie se reconvertit dans les anisés en 1924. L'affiche de Henry Le Monnier en 1925 sera utilisée à des fins publicitaires sur d'autres documents.

Affiche de Henry Le Monnier, 1925. Coll. Delahaye.

Affiche de Henry Le Monnier, 1925. Coll. Delahaye.

Éventail cocarde, Coll. Roger.

Éventail cocarde, Coll. Roger.

Éventail plié. Coll. Roger.

Éventail plié. Coll. Roger.

Les Fils d'André Peureux crééent la marque Fap'Anis en 1921 en prenant les initiales de leur nom. Fap'Anis sera à 30°

Éventail Fap'Anis. Coll. Roger.

Éventail Fap'Anis. Coll. Roger.

Éventail Pontarlier-Anis

La marque a été déposée par Armand Guy le 22 mai 1922. Il avait installé sa distillerie à Pontarlier dans le Doubs en 1890. Aujourd'hui, son arrière petit-fils François distille toujours le Pontarlier-Anis auquel s'est ajoutée l'absinthe depuis quelques années.

Éventail plié. Coll. Roger.

Éventail plié. Coll. Roger.

Éventail Junod

Auguste Junod proposera Un Junod de 1922 à 1927, date à laquelle il cèdera son entreprise à Hubert Bresson, distillateur à Fougerolles.

L'éventail reprend le personnage dessiné par Pajot et reporté sur des carafes, fontaines, cendriers, boites métalliques et différents documents.

Éventail plié. Coll. Roger.

Éventail plié. Coll. Roger.