En route pour un grand périple

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Jeudi 23 novembre 2017 – Les visites à Lima sont terminées. C’est à présent le départ pour un circuit de 2500 km. en autocar qui va nous conduire dans les endroits les plus emblématiques du sud du Pérou.

Tracé du circuit.

Tracé du circuit.

Mais avant de prendre la route, arrêt à la sortie de Lima dans un restaurant pour le déjeuner : la taverne Bolivar.

Pour rappel Simon Bolivar né en 1783 à Caracas au Vénézuela est une figure emblématique de l’émancipation des colonies espagnoles d’Amérique du Sud avec l’argentin José de San Martin et le chilien Bernardo O’Higgins. Il participa activement à l’indépendance des actuels Colombie, Équateur, Panama, Pérou, Vénézuela et bien sûr de la Bolivie dont le nom est issu du sien. On le surnomme le Libertador.

À la taverne Bolivar, Aurelia qui nous a guidés toute la matinée nous souhaite bon voyage.

À la taverne Bolivar, Aurelia qui nous a guidés toute la matinée nous souhaite bon voyage.

Je n’avais pas vu en entrant ce qui va me sauter aux yeux en sortant : un magnifique alambic ! Je crois rêver !

L'alambic à la taverne Bolivar à Lima. Ph. Delahaye.

L'alambic à la taverne Bolivar à Lima. Ph. Delahaye.

Devant mon intérêt, Michel notre accompagnateur nous emmène dans la rue d’à côté voir, d’après ses termes, une "distillerie". En fait, il s’agissait d’une simple boutique avec cependant 2 beaux tonneaux et une petite charrette sympathique. Évidemment, je m’attendais à autre chose.

Ph. Delahaye.
Ph. Delahaye.

Ph. Delahaye.

Après cette matinée à Lima très chargée, nous prenons la route pour Paracas et sa réserve naturelle nationale. Nous jetons un dernier regard sur la baie de Lima.

La baie de Lima. Ph. Delahaye.
La baie de Lima. Ph. Delahaye.

La baie de Lima. Ph. Delahaye.

Et nous voilà sur la Panaméricaine sud, le même chemin qu’avaient pris les Incas. Il s’agit d’une route de 17 000 km qui va du Canada jusqu’à Ushuaia à l’extrémité de l'Argentine. Elle traverse le Pérou sur 2 700 km. Nous n’en ferons pas autant mais resterons quand même deux jours dessus.

Nous longeons la côte désertique de l’océan Pacifique. Aux villages plutôt pauvres succèdent des petits villages blancs résidentiels pour vacanciers.

Villages. Ph. Delahaye.
Villages. Ph. Delahaye.

Villages. Ph. Delahaye.

Village résidentiel de vacances. Ph. Delahaye.

Village résidentiel de vacances. Ph. Delahaye.

Plus on avance et plus le désert est omniprésent entrecoupé au loin de baraquements serrés les uns contre les autres. Ce sont des élevages de poulets en batteries nourris à la farine de poisson et qui ne voient jamais le jour. Quand deux jours plus tard on nous servira du poulet, les commentaires iront bon train et les assiettes repartiront à moitié pleines.

Élevages de poulets. Ph. Delahaye.

Élevages de poulets. Ph. Delahaye.

Arrivés à la nuit tombante à Paracas, nous passons rapidement à table. C’est le moment de sortir ma bouteille d’absinthe, élément de convivialité. Tout le monde est un peu surpris puis, amusés, ils finissent par goûter et aimer. Après cette première journée dense passés ensemble, ce petit moment de détente est l’occasion de faire davantage connaissance.

Danielle, Bernadette, Abel, Danièle et Jean-René dégustent l'absinthe.

Danielle, Bernadette, Abel, Danièle et Jean-René dégustent l'absinthe.

Roger et Marie-France. La photo de la troisième table est ratée !

Roger et Marie-France. La photo de la troisième table est ratée !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :