Vous avez dit Val-de-Travers ?

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

En 20 ans d'exercice, le Musée de l'Absinthe à Auvers-sur-Oise a reçu en gros 150 000 visiteurs. Chaque personne peut lire ou entendre que l'origine de l'absinthe se situe en Suisse dans le Val-de-Travers. À l'évocation du nom, immanquablement, les sourcils se lèvent interrogatifs. Mis à part quelques personnes originaires de Franche-Comté ou quelques initiés, absolument personne n'a jamais entendu parler de ce lieu. Certains ont même un petit sourire ironique. Il faut alors leur expliquer qu'on n'y va pas plus de travers qu'ailleurs mais qu'il s'agit d'un vallon verdoyant, vallée de traverse qui relie le plateau Suisse à la France et permettait le passage des marchandises dans les deux sens avant l'arrivée du train Paris-Berne en 1862.

Voilà qui prête à réfléchir.

Si le Val-de-Travers s'était vu octroyer l'IGP mobilisant au seul profit de ses distillateurs les noms Absinthe, Fée verte et la Bleue, plus personne ailleurs dans le monde n'aurait eu le droit d'employer ces termes. Dans ces conditions, le Val-de-Travers risquait fort de retomber dans l'oubli avec la mort lente de l'absinthe programmée.

A contrario, plus il y aura de monde pour parler d'absinthe, de ses origines, de son histoire, de la façon de la consommer, plus il y aura d'amateurs puis de connaisseurs. Par voie de conséquence, le Val-de-Travers en sera bénéficiaire.

Il faut bien l'avouer, l'absinthe aujourd'hui n'est plus la boisson-phare du XIXe siècle. Stigmatisée par le martelage "l'absinthe rend fou" des ligues antialcooliques, marquée par une interdiction de près d'un siècle et enfin concurrencée aujourd'hui par de nombreux autres apéritifs et notamment le pastis et autres anisés, elle a du mal à s'imposer à nouveau. Aussi a-t-elle besoin de tous pour se faire connaître.

Par contre, la recherche de l'excellence est nécessaire et parmi tous les produits actuellement sur le marché qui vont du pire au mieux, seules les absinthes de qualité survivront, IGP ou pas.

Le Val-de-Travers vu depuis le point haut dit "Le Chapeau de Napoléon". On distingue dans le lointain les villages de Môtiers avec, à sa gauche, Boveresse et au delà, Couvet. © photo Delahaye. Pour connaître l'histoire des distillateurs d'hier et d'aujourd'hui de cette route de l'absinthe, voir le livre "L'Absinthe de Pontarlier au Val-de-Travers", Musée de l'Absinthe édition, Auvers-sur-Oise.

Le Val-de-Travers vu depuis le point haut dit "Le Chapeau de Napoléon". On distingue dans le lointain les villages de Môtiers avec, à sa gauche, Boveresse et au delà, Couvet. © photo Delahaye. Pour connaître l'histoire des distillateurs d'hier et d'aujourd'hui de cette route de l'absinthe, voir le livre "L'Absinthe de Pontarlier au Val-de-Travers", Musée de l'Absinthe édition, Auvers-sur-Oise.