Des nouvelles du tome 5- KLMNO

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Mardi matin départ à 7 heures pour l'Imprimerie de la Centrale à Lens dans le Pas-de-Calais à une petite quarantaine de kilomètres de Lille.

C'était le grand jour : celui de l'aboutissement de plusieurs mois de travail intensif.

Christophe Capelle, propriétaire de l'entreprise, m'a accueillie très cordialement.  L'imprimerie s'étant agrandie et enrichie de nouvelles machines depuis ma dernière venue en 2009 pour le tome 4, une petite visite s'imposait.

Simple aperçu de la partie droite de l'atelier. Zone de stock du papier.Simple aperçu de la partie droite de l'atelier. Zone de stock du papier.

Simple aperçu de la partie droite de l'atelier. Zone de stock du papier.

Le travail commence à la PAO où se fait la vérification des fichiers et l'imposition. Celle-ci consiste à placer en regard les pages dans un certain ordre car le livre est subdivisé en cahiers de 16 pages soit 32 recto verso. Chaque cahier est imprimé sur une seule grande feuille qui sera ensuite pliée puis massicotée.

Quand ce premier travail est réalisé, on passe ensuite à la photogravure.  Elle est réalisée directement depuis l'ordinateur sur des plaques très minces en alliage inox et alu.

 

Poste de photogravure et machine qui grave les plaques.Poste de photogravure et machine qui grave les plaques.

Poste de photogravure et machine qui grave les plaques.

Quatre plaques sont gravées par cahier : une pour le noir et une pour chaque couleur fondamentale : bleu, jaune, rouge. On est loin du XIXe siècle, où l'on gravait de grosses pierres lithographiques, mais le principe de base est le même...

Un bord  de la plaque est replié pour pouvoir s'accrocher ensuite dans le logement spécial de l'imprimante

Chaque plaque permet d'imprimer un cahier de 16 pages. Courbure des plaques par Julien.Chaque plaque permet d'imprimer un cahier de 16 pages. Courbure des plaques par Julien.

Chaque plaque permet d'imprimer un cahier de 16 pages. Courbure des plaques par Julien.

Ce travail préparatoire fait, on passe à l'impression proprement dite.
L'imprimante Heidelberg est une machine impressionnante qui comprend 4 postes. Les plaques sont disposées chacune à leur poste, selon leur couleur.

 

Placement des plaques qui s'enrouleront autour d'un cylindre sur lequel viendra s'ajuster le papier. On remarque au-dessus de chaque poste, les bouteilles qui distribuent les encres de couleur.
Placement des plaques qui s'enrouleront autour d'un cylindre sur lequel viendra s'ajuster le papier. On remarque au-dessus de chaque poste, les bouteilles qui distribuent les encres de couleur. Placement des plaques qui s'enrouleront autour d'un cylindre sur lequel viendra s'ajuster le papier. On remarque au-dessus de chaque poste, les bouteilles qui distribuent les encres de couleur.
Placement des plaques qui s'enrouleront autour d'un cylindre sur lequel viendra s'ajuster le papier. On remarque au-dessus de chaque poste, les bouteilles qui distribuent les encres de couleur.

Placement des plaques qui s'enrouleront autour d'un cylindre sur lequel viendra s'ajuster le papier. On remarque au-dessus de chaque poste, les bouteilles qui distribuent les encres de couleur.

En tête de machine, les feuilles vierges sont happées par de petites ventouses et conduites vers le premier poste où le noir sera imprimé. Ensuite, elles se dirigeront vers le poste suivant où ce sera le bleu qui sera imprimé, ce sera ensuite le rouge puis le jaune.

Prise de la feuille de papier et son avancée vers les différents postes couleur.Prise de la feuille de papier et son avancée vers les différents postes couleur.Prise de la feuille de papier et son avancée vers les différents postes couleur.

Prise de la feuille de papier et son avancée vers les différents postes couleur.

Les feuilles imprimées sortent à l'autre bout de la machine.Une feuille imprimée est placée sur un pupitre. Suivant le rendu des couleurs par rapport au traceur, le conducteur fait des corrections. On réimprime une centaine de feuilles pour apprécier la correction. C'est le calage. Opération jusqu'ici longue et délicate car les corrections chromatiques ne pouvaient se faire image par image mais par bande. Il fallait donc arriver à une valeur moyenne acceptable.

Avec cette nouvelle machine Heidelberg ultra performante, les corrections chromatiques se font automatiquement. Gain de temps et surtout de qualité.
 

Visualisation sur l'écran du fonctionnement de la machine et des corrections chromatiques.Visualisation sur l'écran du fonctionnement de la machine et des corrections chromatiques.

Visualisation sur l'écran du fonctionnement de la machine et des corrections chromatiques.

Vérification de chaque feuille imprimée par les conducteurs Julien et David. Vérification de chaque feuille imprimée par les conducteurs Julien et David.

Vérification de chaque feuille imprimée par les conducteurs Julien et David.

Les corrections étant jugées satisfaisantes, l'impression est finalement lancée. Les feuilles qui ont servi au calage serviront pour le calage du verso puis seront jetées. C'est ce que l'on appelle la passe.

Quand trois cahiers sont imprimés, la pile est descendue pour être placée sur une palette et mise à l'abri.Quand trois cahiers sont imprimés, la pile est descendue pour être placée sur une palette et mise à l'abri.

Quand trois cahiers sont imprimés, la pile est descendue pour être placée sur une palette et mise à l'abri.

Julien et David emportent les cahiers déjà imprimés.Julien et David emportent les cahiers déjà imprimés.

Julien et David emportent les cahiers déjà imprimés.

Le même travail s'est répété jusqu'au soir. Lorsque je suis repartie, les 360 pages étaient imprimées. Le travail n'était pas terminé pour autant car le façonnage reste à faire : pliage, couture des cahiers, collage avec la couverture et enfin le massicotage avant la mise en cartons et la livraison.

C'est par toute cette masse de travail accumulé depuis la recherche en bibliothèque, les photos loin d'être évidentes lorsqu'il s'agit de verrerie, l'écriture, la mise en page et ensuite le travail de l'imprimeur qu'un livre est quelque chose de précieux et de respectable.

Publié dans Librairie, Articles