La Brasserie Lipp

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Créée en 1880, la «Brasserie des bords du Rhin» nom donné par ses propriétaires Léonard et Pétronille Lipp en l'honneur de leur Alsace natale était fréquentée par quelques poètes comme Verlaine et Apollinaire. C’est pendant la première guerre mondiale qu’elle changea de nom et devint la Brasserie Lipp.

La Brasserie Lipp avec sa façade en acajou verni. 151 Boulevard Saint-Germain. Métro Saint-Germain-des-Prés. Ph. Delahaye.

La Brasserie Lipp avec sa façade en acajou verni. 151 Boulevard Saint-Germain. Métro Saint-Germain-des-Prés. Ph. Delahaye.

Enseigne et fixé sous verre sur la façade. Ph. Delahaye.
Enseigne et fixé sous verre sur la façade. Ph. Delahaye.

Enseigne et fixé sous verre sur la façade. Ph. Delahaye.

Rachetée en 1920 par l'aveyronnais Marcelin Cazes, la brasserie acquiert toute sa notoriété avec des règles de bienséance que chacun doit respecter : interdiction de tomber la veste, obligation d’attaquer un millefeuille par la tranche pour éviter les débordements de crème, interdiction de fumer la pipe et encore bien d'autres rappels à l'ordre notifiés sur des cartons accrochés dans la salle.

Petit rappel de bienséance. Ph. Delahaye.

Petit rappel de bienséance. Ph. Delahaye.

Quelques vues générales de chez Lipp où l'ambiance est typique des grandes brasseries parisiennes avec ses serveurs en uniformes noirs et grand tablier blanc et serviette blanche sur l'avant-bras gauche. Plafonds peints par Charles Garrey. Ph. Delahaye.
Quelques vues générales de chez Lipp où l'ambiance est typique des grandes brasseries parisiennes avec ses serveurs en uniformes noirs et grand tablier blanc et serviette blanche sur l'avant-bras gauche. Plafonds peints par Charles Garrey. Ph. Delahaye.
Quelques vues générales de chez Lipp où l'ambiance est typique des grandes brasseries parisiennes avec ses serveurs en uniformes noirs et grand tablier blanc et serviette blanche sur l'avant-bras gauche. Plafonds peints par Charles Garrey. Ph. Delahaye.

Quelques vues générales de chez Lipp où l'ambiance est typique des grandes brasseries parisiennes avec ses serveurs en uniformes noirs et grand tablier blanc et serviette blanche sur l'avant-bras gauche. Plafonds peints par Charles Garrey. Ph. Delahaye.

Le décor est typiquement 1900 avec son décor exotique en céramiques murales de Léon Fargue entrecoupées par de grands miroirs. Ph. Delahaye.

Le décor est typiquement 1900 avec son décor exotique en céramiques murales de Léon Fargue entrecoupées par de grands miroirs. Ph. Delahaye.

Une frise de trèfles en céramique court tout autour de la salle. Ils sont tous à trois feuilles sauf un qui en comporte quatre !

Bryce, ravi de se retrouver dans cette ambiance 1900. Ph. Delahaye.

Bryce, ravi de se retrouver dans cette ambiance 1900. Ph. Delahaye.

Les frises de trèfles. Un seul comporte quatre feuilles. Ph. Delahaye.
Les frises de trèfles. Un seul comporte quatre feuilles. Ph. Delahaye.

Les frises de trèfles. Un seul comporte quatre feuilles. Ph. Delahaye.

Plusieurs générations de grands noms de la littérature se succédèrent sur les banquettes : Malraux, Gide, Saint-Exupéry, Proust, Hemingway, Camus… Pour faire perdurer l'esprit du lieu, chaque année le prix Cazes, créé par Marcelin Cazes lui-même en 1935, est donné à un jeune écrivain talentueux.

La Brasserie a été classée à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1989.

Aperçu de la salle à l'étage. Ph. Delahaye.

Aperçu de la salle à l'étage. Ph. Delahaye.

À suivre...Le Café de Flore

Pour reprendre l'histoire à son début et découvrir qui est Bryce : http://absinthemuseum.auvers.over-blog.com...de-voleurs.html