Emblématique Sydney

Publié le par Marie-Claude DELAHAYE

Sydney- 1er-2 février 2017- Nous quittons Alice Springs et ses Aborigènes pour Sydney. Trois heures de vol nous séparent de la ville la plus connue d'Australie grâce à son pont et surtout à son opéra.

Ma mascotte, la mini Fée Parisienne est toujours avec moi.
Ma mascotte, la mini Fée Parisienne est toujours avec moi.

Ma mascotte, la mini Fée Parisienne est toujours avec moi.

Le ciel est clair et par le hublot je peux observer à nouveau le désert. Puis le ciel se couvre peu à peu et le vol se poursuit au-dessus des nuages.

En vol vers Sydney. Ph. Delahaye.
En vol vers Sydney. Ph. Delahaye.

En vol vers Sydney. Ph. Delahaye.

Et enfin, l'arrivée sur Sydney.

Survol de la banlieue de Sydney. Ph. Delahaye.

Survol de la banlieue de Sydney. Ph. Delahaye.

La ville de Sydney est située dans l'état de Nouvelle-Galles du Sud sur les rives de la mer Tasman. C'est la ville la plus peuplée d'Australie.

Emblématique Sydney

C'est le navigateur britannique James Cook qui aperçut pour la première fois le site de l'actuelle Sydney, qu'il nomma Port Jackson, en 1770.

En 1788, le capitaine Arthur Philipp commandant de la première flotte venue de Grande-Bretagne avec des bagnards afin d'y établir une colonie pénitentiaire donna à l'endroit son nom actuel. La découverte de gisements d'or dans l'état voisin du Victoria au début de la seconde moitié du XIXe siècle attira des colons libres ce qui entraîna le développement de la ville.

Tim, gestionnaire de marques pour l'importateur de spiritueux Think spirits est venu nous chercher à l'aéroport pour nous conduire à notre logement. Nous traversons la banlieue qui a gardé son style ancien pour nous rendre au Collège Wesley.

Images de la banlieue. Ph. Delahaye.
Images de la banlieue. Ph. Delahaye.

Images de la banlieue. Ph. Delahaye.

Après avoir logé dans des hôtels, motels, camping, ferme, un appartement à partager, chez l'habitant, nous voici à présent dans un authentique collège. C'est l'été et les étudiants sont en vacances ce qui explique la location des chambres aux touristes.

Wesley college. Ph. Delahaye.

Wesley college. Ph. Delahaye.

Wesley College est un collège résidentiel de confession protestante. C'est l'un des six collèges sur le campus de l'Université de Sydney qui offrent un hébergement. L'aile principale date de 1917. En 1923, le collège comptait en moyenne 45 étudiants masculins. Les femmes y ont été admises en 1969.

Pour se rendre du collège au port, il faut prendre le bus, ce qui est un moyen pratique pour découvrir la ville avec ses monuments historiques mêlés aux constructions modernes.

Aperçu depuis le bus. Ph. Delahaye.
Aperçu depuis le bus. Ph. Delahaye.
Aperçu depuis le bus. Ph. Delahaye.

Aperçu depuis le bus. Ph. Delahaye.

Des réalisations audacieuses dont cet immeuble entièrement végétalisé. Ph. Delahaye.
Des réalisations audacieuses dont cet immeuble entièrement végétalisé. Ph. Delahaye.

Des réalisations audacieuses dont cet immeuble entièrement végétalisé. Ph. Delahaye.

La rue George fut la première route de toute l'Australie. Elle a été construite par les premiers bagnards arrivés en janvier 1788. Elle prit son nom définitif en 1801 en hommage au roi George III.

George street. Ph. Delahaye.
George street. Ph. Delahaye.

George street. Ph. Delahaye.

Au 350 George Street, l'Equitable Life Assurance Society s'installa dans cet immeuble dont la construction date de 1895.

L'immeuble en 1900.

L'immeuble en 1900.

L'immeuble aujourd'hui avec son escalier intérieur d'époque. Ph. Delahaye.
L'immeuble aujourd'hui avec son escalier intérieur d'époque. Ph. Delahaye.

L'immeuble aujourd'hui avec son escalier intérieur d'époque. Ph. Delahaye.

Autre immeuble incroyable : le Queen Victoria building qui date de la fin du XIXe siècle. Construit entre 1893 et 1898, il occupe tout un bloc du quartier. Conçu à l'origine pour être un marché, il a été utilisé à de multiples autres fins jusqu'à retrouver à la fin du XXe siècle son utilisation initiale.

Sur le toit, un dôme central surmonté d'une coupole bombée est entouré de dômes plus petits de différentes tailles. Près du dôme, serait déposée une lettre scellée écrite par la reine Élisabeth II en 1986. Elle doit être ouverte en 2085 par un futur maire de Sydney et lue à haute voix au peuple de Sydney. Personne d'autre que la reine ne sait ce qu'elle contient.

Le Queen Victoria building. Ph. Delahaye.
Le Queen Victoria building. Ph. Delahaye.

Le Queen Victoria building. Ph. Delahaye.

Quand on arrive enfin au port, on a l'impression d'être dans une carte postale. Etre en vrai dans ce décor que l'on a déjà vu maintes fois dans des reportages télévisés semble irréel.

Port Jackson, autour duquel la ville s'est construite est le plus grand port naturel au monde avec plus de 70 plages dans la zone urbaine. La baie de Sydney est considérée comme l'un des plus beaux sites naturels avec plus de 240 kilomètres de côtes et de cours d'eau.

 

Circular Quay

Situé entre l'Opéra et un quartier dit The Rocks, Circular Quay avait au XIXe siècle une fonction de port essentiellement. Aujourd'hui, c'est à la fois un port de voyageurs avec des arrêts de bus, de métro, un terminal de ferrys et un quartier touristique avec des promenades en bord de mer, des centres commerciaux, des parcs et des restaurants.

Plaque apposée sur le quai. Ph. Delahaye.

Plaque apposée sur le quai. Ph. Delahaye.

Une partie du Circular Quay vu depuis l'opéra. En bordure de quai, le Bar de l'Opéra. Ph. Delahaye.

Une partie du Circular Quay vu depuis l'opéra. En bordure de quai, le Bar de l'Opéra. Ph. Delahaye.

À l'arrivée des premiers européens, il y avait 4000 à 8000 aborigènes vivant dans cette région. Toutes les traces de leur habitat ont disparu du fait de l'urbanisation. Un rappel insolite de leur existence attend les touristes à l'entrée du quai. Deux Aborigènes au corps peint selon leurs coutumes font de la musique et sollicitent d'être pris en photos avec les touristes ce qui est pour le moins inhabituel.

Emblématique Sydney

L'un des deux joue du didgeridoo dont l'usage pourrait remonter à l'âge de pierre, soit environ 20 000 ans, d'après une peinture rupestre représentant un joueur de didgeridoo, analysée au carbone 14. Le didgeridoo est une trompe en bois réalisée en eucalyptus dans les territoires du nord de l'Australie. À l'origine, l'instrument est dû aux termites qui évident le tronc de petits eucalyptus sur toute leur longueur en se nourrissant de la sève. Traditionnellement, le didgeridoo peut être décoré de peintures représentant des scènes de la mythologie aborigène.

Les Aborigènes racontent qu'au commencement tout était froid et sombre. Un Aborigène du nom de Bur Buk Boon préparait du bois pour le feu quand il remarqua qu’une bûche était creuse grignotée par une famille de termites. Ne voulant pas les blesser, il porta la bûche creuse à sa bouche et commença à souffler. Les termites furent projetés dans le ciel nocturne et formèrent les étoiles et la Voie lactée, illuminant le paysage.
"Et pour la première fois le son du didgeridoo bénit la Terre-Mère, la protégeant elle et tous les esprits du Temps du rêve, avec ce son vibrant pour l’éternité. » (source Wikipedia)

Joueur de didgeridoo. Ph. Delahaye.

Joueur de didgeridoo. Ph. Delahaye.

Et puis, on découvre la vue emblématique de Sydney, l'Opéra et lui faisant face, le Harbour bridge.

L'Opéra

L'opéra de Sydney est l'un des édifices les plus célèbres du XXe siècle. Son architecture originale est due au danois Iorn Utzon. Sa construction commencée en 1958 a été achevée en 1973. Il a été inauguré le 20 octobre 1973 par la reine Élisabeth II et a été consacré patrimoine mondial par l'Unesco le 28 juin 2007.

L'opéra avec au premier plan, le Bar de l'Opéra. Ph. Delahaye.

L'opéra avec au premier plan, le Bar de l'Opéra. Ph. Delahaye.

La toiture de l'opéra est composée de 1 056 006 tuiles de céramique blanche. Ph. Delahaye.
La toiture de l'opéra est composée de 1 056 006 tuiles de céramique blanche. Ph. Delahaye.
La toiture de l'opéra est composée de 1 056 006 tuiles de céramique blanche. Ph. Delahaye.

La toiture de l'opéra est composée de 1 056 006 tuiles de céramique blanche. Ph. Delahaye.

Situé à Bennelong Point dans le port de Sydney, l'opéra forme avec Harbour Bridge qui lui est voisin, une vue imprenable depuis le jardin botanique situé en contrebas.

Le Jardin Botanique Royal  a été créé sur ce site par le gouverneur Macquarie en 1816. Une longue collecte et étude des plantes a commencé avec la nomination du premier botaniste colonial, Charles Fraser en 1817. Les jardins botaniques sont donc la plus ancienne institution scientifique en Australie et, depuis les premiers jours, ont joué un rôle important dans l'acclimatation de plantes provenant d'autres régions.

Le jardin montre des arbres centenaires magnifiques, peu de fleurs et surtout pas d'absinthes. Le climat subtropical humide ne leur convient sûrement pas malgré les 300 jours de soleil par an. Sauf au moment où nous y étions !

Le jardin botanique vu de l'opéra. À observer le taxi jaune dans la baie. Ph. Delahaye.
Le jardin botanique vu de l'opéra. À observer le taxi jaune dans la baie. Ph. Delahaye.

Le jardin botanique vu de l'opéra. À observer le taxi jaune dans la baie. Ph. Delahaye.

Depuis le jardin la vue est incroyable. D'un coté, la ville avec sa concentration de gratte-ciel et de l'autre, la carte postale dont on n'arrive pas à s'arracher.

Vues depuis le jardin botanique. Ph. Delahaye.
Vues depuis le jardin botanique. Ph. Delahaye.

Vues depuis le jardin botanique. Ph. Delahaye.

Harbour Bridge

Deuxième symbole de la ville après l'Opéra, ce pont situé sur le port comme son nom l'indique est le principal endroit pour traverser la baie. Appelé familièrement le cintre par les habitants de Sydney, c'est le pont le plus large au monde avec 48,800 mètres. Il permet le passage des trains, des voitures, des vélos et des piétons grâce à ses 12 voies.

La vue du pont et de l'opéra tout proche est emblématique de la ville. Ph. Delahaye.

La vue du pont et de l'opéra tout proche est emblématique de la ville. Ph. Delahaye.

Son arche en acier est aussi la plus haute avec 134 mètres au-dessus des eaux. À chaque extrémité de l'arche centrale se trouve une paire de pylônes en béton et en pierre de 89 mètres de haut.

La décision de la construction du pont a débuté en 1890, quand une commission royale estima qu'il fallait diminuer la rotation continue des ferrys pour relier les deux rives du port. C'est un ingénieur français Georges Imbault qui fera une proposition du projet final en 1922 à la firme britannique Dorman Long. Le projet ne pouvant être mené par un ingénieur étranger, il se verra associé à un ingénieur anglais. C'est néanmoins lui qui suivra l'étude, la fabrication et les travaux de montage du pont.

Harbour bridge. Possibilité d'escalader le pont jusqu'en haut en petits groupes encadrés. Ph. Delahaye.

Harbour bridge. Possibilité d'escalader le pont jusqu'en haut en petits groupes encadrés. Ph. Delahaye.

La construction du pont commença en 1923 avec la démolition de 800 maisons. La cérémonie officielle de la pose de la première pierre eut lieu le 28 juillet 1923. Le pont a été inauguré officiellement le 19 mars 1932.

Harbour bridge et opéra vus du jardin botanique. Ph. Delahaye.

Harbour bridge et opéra vus du jardin botanique. Ph. Delahaye.